Skip to main content
It looks like you're using Internet Explorer 11 or older. This website works best with modern browsers such as the latest versions of Chrome, Firefox, Safari, and Edge. If you continue with this browser, you may see unexpected results.

Histoire de l'OIT

Première Conférence régionale africaine de l'OIT, Lagos, 5-16 décembre 1960

À l'époque, la première conférence africaine était la plus grande conférence régionale organisée par l'OIT. Elle s'est déroulée dans un contexte particulier: l'accession à l'indépendance de nombreux nouveaux États africains. L'attention centrée sur l'Afrique en 1960 a également donné à la conférence une plus grande résonance internationale. Il a adopté trois résolutions majeures sur le travail de l'OIT en Afrique:First African Regional Conference, Lagos, Nigeria, 1960.

  • préparation, ratification et application des conventions et recommandations internationales en Afrique;
  • assistance technique;
  • l'éducation et la formation des travailleurs à l'intention des dirigeants de petites et moyennes entreprises.

Pour le Directeur général du BIT, David A. Morse, la conférence a été d'une importance primordiale car elle a permis aux représentants des Etats de toutes les régions d'Afrique de discuter des questions sociales et des questions relatives au travail, à l'époque parmi les principales préoccupations des Etats.


(Photo: Première conférence régionale africaine, Lagos, Nigeria, 1960.)

Déclaration de l'OIT concernant la politique d'apartheid de la République d'Afrique du Sud (1964)

En juin 1963, le Conseil d'administration du BIT a décidé d'exclure l'Afrique du Sud de certains comités du commerce en raison de sa politique d'apartheid. En 1964, à sa 48e session, la Conférence internationale du Travail (CIT) a approuvé à l'unanimité la Déclaration concernant la politique d'apartheid de la République d'Afrique du Sud et le programme de l'OIT pour l'élimination de l'apartheid dans le domaine du travail. La Déclaration réaffirme le principe d'égalité des chances, condamne la politique raciale du gouvernement sud-africain et exige que l'Afrique du Sud reconnaisse et honore son engagement de respecter la liberté et la dignité de tous les êtres humains en renonçant à sa politique d'apartheid.

In June 1990, the 77th Session of the International Labour Conference played host to Nelson Mandela, at the time Deputy President of the African National Congress (ANC). On that occasion, Mandela paid tribute to ILO for fighting apartheid.Afin d'éviter d'être officiellement exclue, la République d'Afrique du Sud s'est retirée volontairement de l'OIT, notifiant son départ le 11 mars 1964. Elle a rejoint l'Organisation le 26 mai 1994, trois ans après l'abrogation officielle des lois sur l'apartheid et dix jours après l'élection de Nelson Mandela à la présidence de la République. En 1990, Nelson Mandela, alors vice-président du Congrès national africain (ANC), a assisté à la 77e session de la Conférence internationale du Travail, où il a rendu hommage à l'OIT pour sa lutte contre l'apartheid. En juin 2007, l'OIT a décerné son premier Prix annuel de la recherche sur le travail décent conjointement à Nelson Mandela et au Professeur Carmelo Mesa-Lago, en reconnaissance de leur contribution personnelle unique à l'amélioration de la vie des personnes dans le monde.
 

L'Instrument d'amendement à la Constitution de l'OIT (No 2, 1964) (p. 541), qui se lit comme suit: « Inclusion dans la Constitution de l'Organisation internationale du Travail d'une disposition permettant à la Conférence de suspendre de la participation à ses travaux tout Membre au sujet duquel les Nationas Unies ont constaté qu'il poursuit de manière flagrante et persistante, par sa législation, une politique officielle de discrimination raciale telle que l' «apartheid» », n'est pas actuellement en vigueur.

(Photo: En juin 1990, de la 77e session de la Conférence internationale du Travail accueillait Nelson Mandela, alors vice-président de l'African National Congress (ANC). A cette occasion, Mandela a rendu hommage à l'OIT pour sa lutte contre l'apartheid.)

L'OIT célèbre son 50e anniversaire et reçoit le prix Nobel de la paix (1969)

ILO Director-General David A. Morse receives the 1969 Nobel Peace Prize on behalf of the ILO fromAase Lionaes, Chairman of the Nobel Committee of the Norwegian Parliament, in the Aula of theUniversity of Oslo, on 10 December 1969.Dans son rapport à la Conférence internationale du Travail (54e session, 1970), le Directeur général, David A. Morse, a rappelé que 1969 avait été une année exceptionnelle pour l'OIT. Dans presque tous les Etats membres, des dispositions spéciales ont été prises pour célébrer l'anniversaire de l'Organisation et mieux faire connaître les principes sur lesquels elle repose, les résultats obtenus et le travail accompli. L'Organisation des Nations Unies, ses institutions spécialisées et diverses organisations intergouvernementales ont participé aux célébrations du cinquantième anniversaire.

Nobel Peace Prize diploma discerned on ILO, 1969.Le couronnement de l'année a été l'attribution à l'OIT du prix Nobel de la paix. Le Directeur général, accompagné des membres du Bureau du Conseil d'administration, a reçu le Prix au nom de l'Organisation le 10 décembre 1969. A cette occasion, Mme Aase Lionaes, Présidente du Comité Nobel, a déclaré: « Sous la première pierre du bâtiment principal du BIT, à Genève, se trouve un document dans lequel il est écrit: «Si vis pacem, cole justitiam» - Si tu veux la paix, cultive la justice. Il y a peu d'organisations qui aient réussi, autant que l'a su l'OIT, à traduire dans les faits des principes moraux fondamentaux sur lesquels elles reposent [...] Au cours de ces cinquante dernières années, l'OIT a adopté plus de 250 conventions et recommandations. Et bien que les 121 Etats Membres n'aient pas, tant s'en faut, ratifié la totalité des conventions, je crois pouvoir dire que l'Organisation internationale du Travail a influencé durablement la législation relative au bien-être social de tous les pays du monde. » (voir Prix Nobel de la paix, 1969, pp. 6 et 10).

(Photo haut de page: Le 10 décembre 1969, le Directeur général du BIT, David A. Morse, reçoit le Prix Nobel de la paix 1969 au nom du BIT d'Aase Lionaes, Présidente du Comité Nobel du Parlement norvégien à l'Aula de l'Université d'Oslo / Photo du bas: diplôme du prix Nobel de la paix déscerné à l'OIT, 1969.)

Lancement du Programme mondial de l'emploi (WEP) (1969)

A seafarer looking for work at the employment service set up in Hong Kong with the help of ILO. Helping to reduce unemployment is one of the goals of the World Employment Programme. Undated.Le Programme mondial de l'emploi (WEP) a été établi pour deux raisons: faire de l'emploi productif d'une grande partie de la population l'un des principaux objectifs des politiques de développement nationales et internationales et aider les États Membres à élaborer et mettre en œuvre des plans d'action à cette fin.

Ainsi, comme le rappelait le Directeur général, David A. Morse, dans son rapport à la Conférence internationale du Travail (53e session, 1969), le WEP exigeait que tous les moyens d'action de l'OIT soient pleinement utilisés. La coopération technique et les efforts normatifs doivent « une large part de recherches, afin d'élucider les nombreux problèmes techniques qui se posent encore en ce qui concerne le développement de l'emploi. » (p. 124).


Au fil des années, le WEP a reçu un large soutien financier de la part de divers gouvernements et institutions internationales (notamment par le biais du Programme des Nations Unies pour le développement - PNUD et du Fonds des Nations Unies pour la population - UNFPA).

(Photo: Un marin à la recherche d'un emploi au service de l'emploi mis en place à Hong Kong avec l'aide de l'OIT. Aider à réduire le chômage est l'un des objectifs du Programme mondial de l'emploi. Sans date.)

Convention (n ° 138) sur l'âge minimum, 1973

Child working as a mechanic« Cette convention fondamentale fixe à 15 ans (13 pour les travaux légers) l'âge minimum d'admission à l'emploi ou au travail et à 18 ans (16 ans dans certaines conditions strictement définies) l'âge minimum pour les travaux dangereux. Elle prévoit la possibilité de fixer, dans un premier temps, l'âge minimum à 14 ans (12 ans pour des travaux légers) dans les cas où l'économie et les institutions scolaires du pays ne sont pas suffisamment développées. » (Voir Les Règles du jeu: une brève introduction aux normes internationales du travail, p. 37.)

(Photo: Enfant travaillant comme mécanicien, Madagascar, 1994.)

Lancement du Programme international pour l'amélioration des conditions de travail et de l'environnement (PIACT) (1977)

Au début des années 1970, l'OIT a commencé à traiter du problème des conditions de travail et de son environnement en adoptant deux résolutions Contribution de l'Organisation internationale du Travail à la protection et à l'amélioration du milieu de travail, 1972 et 1974).


Juliana Bankole, a skilled Nigerian worker, at work in a north London suburb. At the time, half the company's staff were women and one quarter were immigrants. Management in no way discriminated on the grounds of sex or race. Through its conventions, ILO seeks to make such working conditions the rule. Undated.À sa soixantième session, la Conférence internationale du Travail a franchi une nouvelle étape en adoptant une résolution sur l'action future de l'OIT dans le domaine des conditions et du milieu de travail. La résolution stipulait que «l'amélioration des conditions de travail et la protection de la santé physique et mentale des travailleurs constituent une mission essentielle et permanente de l'Organisation internationale du Travail». Après avoir officiellement consulté les États Membres et les organisations nationales d'employeurs et de travailleurs, le Conseil d'administration du BIT a approuvé les grandes lignes du PIACT à sa session de novembre 1976. Le programme avait cinq objectifs principaux:

  • encourager les États Membres à fixer un certain nombre d'objectifs spécifiques visant à améliorer les conditions de travail;
  • promouvoir l'adoption par les États Membres des objectifs déjà établis dans les normes internationales du travail;
  • définir de nouveaux objectifs, si nécessaire, pour une action nationale;
  • fournir aux gouvernements, aux organisations d'employeurs et de travailleurs et aux institutions de recherche et de formation l'aide nécessaire pour préparer et mettre en œuvre des programmes visant à améliorer les conditions et le milieu de travail en fonction de leurs possibilités;
  • évaluer périodiquement  les progrès réalisés dans la mise en œuvre du PIACT et des programmes nationaux.

(Photo: Juliana Bankole, une travailleuse nigériane qualifiée, qui travaillait dans une banlieue nord de Londres: à l'époque, la moitié du personnel de l'entreprise était composée de femmes et le quart d'immigrés. l'OIT cherche à faire de ces conditions de travail la règle. Sans date.)

Plainte contre la Pologne pour non-observation des conventions no. 87 et no. 98 (1982)

Lech Walesa after the signing of an agreement, 1980. Poland.En 1957, la Pologne a ratifié la convention (no 87) sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, 1948, ainsi que la convention (no 98) sur le droit d'organisation et de négociation collective, 1949. Cependant, lorsque la loi martiale a été déclarée en 1981, le gouvernement polonais a suspendu les activités du syndicat Solidarnosc et a licencié nombre de ses dirigeants et membres.

Dans une lettre datée du 16 juin 1982 et adressée au Directeur général du BIT, Marc Blondel, délégué travailleur de la France, et Liv Buck, déléguée travailleur de la Norvège, ont déposé une plainte en vertu de l'article 26 de la Constitution de l'OIT contre le gouvernement polonais pour non-observation des deux conventions mentionnées ci-dessus. M. Blondel et Mme Buck, en tant que délégués travailleurs de leurs pays à la 68e session de la Conférence internationale du Travail, étaient compétents pour porter plainte en vertu du paragraphe 4 de l'article 26 de la Constitution de l'OIT.


Le 27 mai 1983, le Conseil d'administration du BIT a approuvé, par 44 voix pour, 6 contre et 5 abstentions, la recommandation du Comité de la liberté syndicale tendant à ce que l'ensemble de l'affaire soit examiné par une commission d'enquête, conformément à l'article 26, paragraphe 3, de la Constitution de l'OIT. La Commission d'enquête, dont les membres ont été désignés le 23 juin 1983, a tenu sa première séance de travail les 5 et 6 septembre 1983. Présidée par Nicolas Valticos, la Commission a formulé ses conclusions et recommandations le 2 mai 1984; il a constaté qu'il y avait eu de graves violations des deux conventions. L'OIT a invoqué ces conclusions lorsqu'elle a exhorté la Pologne à remplir ses obligations. Le gouvernement polonais a ensuite reconnu Solidarnosc et lui a accordé un statut légal en 1989. Pour Lech Walesa, leader de Solidarnosc et plus tard Président de la Pologne de 1990 à 1995, « la commission d'enquête nommée par l'OIT après l'imposition de la loi martiale dans son pays a contribué de façon significative aux changements qui ont amené la démocratie en Pologne » (voir Les Règles du Jeu: une brève introduction aux normes internationales du travail, p. 109)

(Photo: Lech Walesa après la signature d'un accord, 1980. Pologne)